courrier des lecteurs du 5.4.2001

Hôpital où es-tu ?

Après consultation des milieux compétents en matière de santé, il semble que les gouvernements valaisan et vaudois soient partisans d'un seul hôpital pour le Chablais et la Riviera, soit pour 150'000 habitants. Mais où ?

Dans ce cas, un des sites envisagés s'impose nettement comme l'endroit le plus facile à aménager parce qu'assez grand et tout fait libre d'autres constructions, parce qu'à mi-distance des usagers potentiels, parce que les possibilités de parcage des véhicules sont plus que suffisantes, parce que la desserte par les transports publics serait facile et peu coûteuse. Le calme relatif de l'endroit est un atout supplémentaire. Ce site est celui de la Jonnaire, au Pré-des-Fourches, près de Rennaz et Villeneuve.

En effet, c'est le seul qui cumule les avantages suivants: il met à égalité les usagers chablaisiens et ceux de la Riviera. Le prolongement de la ligne de trolleybus Vevey-Villeneuve jusqu'au futur hôpital ne poserait pas de problème particulier et serait d'un coût raisonnable. D'autre part, les bus de TPC pourraient desservir l'hôpital sans nécessiter de nouveaux investissements.

Enfin, les facilités de parcage des voitures privées seraient très appréciées et le temps nécessaire pour se rendre au nouvel hôpital ne serait, en moyenne, pas supérieure à celui nécessaire pour aller aux hôpitaux actuels de la Riviera ou du Chablais. En effet, la distance serait relativement courte, soit 8 km de Montreux et d'Aigle, 15 à 20 km maximum de Vevey et environs, idem depuis Bex, Monthey et Saint-Maurice.

D'autre part, le temps nécessaire actuellement à la recherche d'une place de parc près des hôpitaux de la Riviera est souvent plus long que celui qui permettrait de se rendre au futur hôpital Chablais-Riviera. Il ne resterait qu'à changer quelques habitudes.

Au plan économique, un hôpital de cette importance générerait plusieurs centaines de postes de travail dans la région, plus d'autres retombées économiques appréciables. En conclusion, aucun autre site ne présente tous ces avantages. Mais, il y a un mais ! La présence toute proche des Carrières d'Arvel avec leurs nuisances sonores et de poussières. Il y a manifestement totale incompatibilité entre cette activité et la présence voisine d'un hôpital, c'est plus qu'évident.

Alors, les autorités devront bien faire un choix: hôpital ou carrières ! Quant à moi, la réponse s'impose d'elle-même: de la pierre de qualité, on peut en trouver ailleurs. Par contre l'hôpital Chablais-Riviera ne pourra pas ce situer ailleurs que sur ce site !

Charles Willen, Villeneuve.